Sous les jupes des filles…

… il y a des froufrous ! Et quand je suis tombée sur cet adorable patron de jupette à jupon dans le dernier hors-série printemps-été spécial enfants de Burda, j’ai craqué ! Du vichy, de la dentelle, du froufrou et un nœud : j’ai pensé que je pourrais la vendre à Lardon, qui demandait contre toute attente des jupes depuis peu. Ça a marché, et je l’ai laissée choisir le tissu et les boutons (en orientant légèrement son choix quand même).

Cette jupe, ça fait déjà quelques semaines qu’elle est cousue, mais Lardon persistait à faire sa mauvaise tête… jusqu’à ce que je lui fasse du chantage au Kiabi : « si tu ne veux pas faire les photos, je ne te coudrai plus rien et je t’achèterai des habits nuls chez Kiabi ». L’ombre menaçante d’une vie sans tenues sur commande l’a finalement convaincue de coopérer. J’ai donc enfin eu droit à ma séance photos :

DSC_7611

La jupette a des petites poches adorables, avec revers que j’ai bordés de croquet jaune et boutons fantaisie. Forcément, avec l’imprimé elles passent un peu inaperçues…

DSC_7613

Porter une jupe à fanfreluches n’empêche pas de faire le singe…

La ceinture étant fermée par un zip au dos, elle n’est pas élastiquée, ce qui donne un effet très chic.

DSC_7617

Sur la photo du modèle, les liens sont noués sur le devant, un peu décentrés, mais je préfère les nouer au dos pour ne pas cacher (encore plus) les poches.

DSC_7614

Gracieuse cette pose, non ? En fait, Lardon vient de marcher pieds nus dans une crotte de chien.

Allez, une petite dernière pour les détails :

DSC_7657

Patron

Jupe 149 du magazine Burda Style de mai 2012 ou 635 du Hors-série Burda Style 50 (enfants printemps-été 2014), patron disponible en version numérique ici. Taille 98 pour du 4 ans, ça colle en longueur mais trop large à la taille.

Fournitures

Les plus du patron

  • Des détails vraiment adorables
  • Une méthode propre pour les finitions (à part peut-être les liens à nouer qui ne sont pas doublés et donc pas réversibles en théorie)

Les moins du patron

  • Ça taille vraiment grand à la taille (j’ai dû bricoler deux pinces de part et d’autre du zip du dos pour retirer environ 4 cm de ceinture au total)
  • Quelques imprécisions dans les instructions, mais ça reste compréhensible (pour du Burda, c’est très clair)
  • Le sens de montage du jupon n’est pas clair : j’ai placé les couture entre la jupe et le jupon pour que la jupe soit aussi jolie de l’intérieur, mais finalement il aurait mieux valu que les coutures soient en-dessous. Si la jupe remonte un peu, on voit la couture qui tient la dentelle. Enfin c’est vraiment si Lardon est assise avec la jupe chiffonnée, ça ne remonte pas en mouvement.

Modifications/Suggestions

  • Vérifiez bien la ceinture sur le modèle avant de la monter : avec une ceinture non élastiquée, ça doit tomber pile !)
  • J’ai adapté la hauteur du ruché du jupon à mon galon de dentelle (Burda prévoit un galon de 1,5 cm, le mien faisait 4) : pensez-y pour que la dentelle dépasse juste de la jupe.
  • J’ai remplacé le passepoil par du croquet, je voulais tester. 🙂
Publicités

Photo de classe

En général, j’ai une idée précise de ce que je veux coudre à mes filles. Je laisse une petite marge de manœuvre à Lardon, du style choisir la couleur globale ou les boutons, mais si je la laisse choisir le modèle ou le tissu elle me sort invariablement des trucs impossibles du genre un pantalon en Liberty… Il y a quand même des exceptions à ma règle : Carnaval et… la photo de classe.

Cette année donc, comme l’année dernière avec le tutu, j’ai simplement demandé à Lardon ce qu’elle voudrait porter et je l’ai laissée choisir un tissu dans mon stock. Après avoir balancé par terre toutes mes merveilles cherché soigneusement, elle a opté pour un tissu imprimé de chats (Ça alors ! Quelle surprise !) et m’a demandé une jupe.

JupeChats2

Pour un tissu aussi chargé, il me fallait un modèle très simple : j’ai donc opté pour une petite jupe à plis à ceinture boutonnée, ce qui permettait le garder le tissu bien à plat, donc les chats bien visibles.

Pour aller avec, j’ai cousu un petit bandeau surprise (modèle tiré d’Ottobre 1/2003 dont le bandeau a été réduit) qui a eu beaucoup de succès.

JupeChats4

Message à mes voisins : je ne tonds pas parce que les pissenlits, ça fait des jolies photos. Je n’ai pas encore de justification pour les chardons, j’y réfléchis.

Attention, photo insoutenable de torture de chat…

JupeChats3

Une petite photo des détails : les 3 boutons sur le côté et une petite breloque au milieu du dos pour que Lardon sache dans quel sens mettre sa jupe.

PicMonkey Collage

Et je vous laisse avec une photo d’une violence extrême qui comprend un aperçu d’un prochain article…

JupeChats5

 

Patron

Jupe b « Petites Filles Modèles » (279-fr chez les Japan Couture Addicts) en taille 100. Ça taille bien, donc plutôt plus grand que du japonais habituel.

Fournitures

Les plus du patron

  • Épuré mais chic
  • Pas de ceinture élastiquée : ça change, ça fait moins enfant

Les moins du patron

  • Lardon « oublie » systématiquement de déboutonner pour mettre et enlever sa jupe, ce qui a agrandi un peu la ceinture… Je pense qu’à la base, j’aurais pu faire la taille en-dessous en fait, vu qu’elle tombe un peu sur les hanches maintenant.

Modifications/Suggestions

  • Bien vérifier le tour de taille

 

Martine est super à la bourre

Martine là, elle est même plus à la bourre, elle est même plus en queue de peloton, elle est carrément dans le marathon de l’année suivante… Eh oui, je rends ma copie, si j’ose dire, pour le défi Martine qui s’est déroulé euh… en septembre… Bon, au départ en fait j’avais peu de retard, j’ai juste pas mal galéré… Mais en fait, il m’a fallu encore plusieurs semaines une fois ma tenue terminée pour convaincre Lardon de faire une séance photos (ça date du 2 octobre), et encore quelques semaines mois de plus pour me lancer et rédiger un article pour un vêtement qu’elle n’a finalement mis qu’une fois, la saison touchant à sa fin. 😦 Bon, j’ai bon espoir pour le printemps : ça devrait encore lui aller !

Après avoir beaucoup hésité, j’ai finalement opté pour la réalisation de ce modèle, dans « Martine se déguise » :

1c6ef0ab

La jupe-tablier hein, pas la robe de princesse ! En fait j’adore ce style, mais je n’en ai jamais vu, ni en patrons, ni en réalisations de couturières, ni même en prêt-à-porter. Malgré mon appréhension, j’ai donc décidé de dessiner moi-même le patron puisque avouons-le, niveau forme ça ne va pas chercher bien loin ! Je vous expliquerai en bas comment j’ai fait, si jamais vous voulez réaliser la même jupe ! 🙂

Sur ce, on y va pour les photos !

Martine1

À la base j’étais partie pour faire aussi le chemisier à petit col, mais vu mon retard ça ne valait plus le coup… D’ailleurs malgré le beau temps, la jupe a finalement été portée avec sous-pull et leggings.

Marine5

Je trouve ce style vraiment trop chou, avec les volants sur les bretelles. 🙂

Martine4

Derrière, normalement les bretelles auraient dû être droites mais bien que les boutons d’attache soient rapprochés, ça tombait sans arrêt. Je les ai donc croisées pour l’instant, on verra quand Lardon aura pris encore quelques centimètres !

Martine3

La jupe est élastiquée dans le dos, mais pas devant pour ne pas froncer le plastron, j’ai donc dû faire de savants calculs (genre) pour que les fronces faites à la main devant et avec l’élastique derrière aient la même allure.

Martine2

La classe les chaussure, non ? 🙂

Patron

Patron maison taille 3-4 ans composé de :

  • 2 rectangles 75 x 25 cm (1/2 laize en longueur, mesure taille-genoux de l’enfant en largeur)
  • 2 bandes de ceinture 24 x 2.5 cm pour le devant (longueur 1/2 tour de taille +2 cm)
  • 1 bande de ceinture 48 x 5 cm (longueur deux fois le devant)
  • 2 plastrons en forme de trapèze : tracer un rectangle de 12cm de large et 15 cm de haut. Ajouter en haut 2,5 cm de part et d’autres pour les bretelles. Tracer les côtés du bas au haut élargi et prolonger la ligne de 3 cm (début des bretelles, on a souvent ça pour les salopettes si vous en avez déjà fait). Je vous fais un schéma :
  • plastron4 bandes pour les volants 80 x 5 cm arrondis en quart de cercle au bout (attention je trouve que ça ne fronce pas assez, je mettrais 100cm de long si c’était à refaire)
  • 4 bretelles 40 x 2,5 cm
  • un peu moins d’1/2 tour de taille en élastique de 2cm de large (24 cm, puisque le devant n’est pas élastiqué il faut ça).
  • 2 petits boutons tout moches

Marges de couture non comprises ! (j’ai mis 1 cm partout)

Et les instructions en gros :

  1. Assembler les volants par 2 endroit contre endroit, retourner.
  2. Coudre les bretelles deux par deux sur un long côté seulement, ouvrir les coutures au fer).
  3. Coudre les plastrons endroit contre endroit uniquement sur le haut et le côté intérieur du départ des bretelles (forme \_/ en haut), ouvrir les coutures au fer.
  4. Assembler endroit contre endroit une bretelles ouverte en deux avec le départ de bretelle du plastron ouvert en deux aussi (la couture fera donc 5cm + 1cm de marge de chaque côté).
  5. Le plastron toujours à l’envers, bâtir le volant sur un endroit, du bas du plastron moins la marge de couture (pour que le volant commence au-dessus de la ceinture) jusqu’au bout de la bretelle moins 10cm (pour qu’il s’arrête avant les boutonnières d’attache), piquer du bas du plastron au bout de la bretelle en prenant le volant en sandwich. Ça fait donc extérieur plastron prolongé par l’extérieur bretelle, volant, intérieur plastron prolongé par l’intérieur bretelle. Même chose pour l’autre bretelle, forcément.
  6. Retourner (plastron et bretelles), repasser, surpiquer éventuellement. Ça marche ? Parce que moi j’avais fait autrement, mais j’avais dû découdre ma couture entre plastron et bretelle pour pouvoir intercaler le volant… J’ai donc imaginé cette méthode qui devrait marcher je pense, mais pas testé… Bon, vous avez tout le plastron !
  7. Assembler les panneaux de jupe par les côtés, froncer la longueur en adaptant le devant à la ceinture devant, le dos à la ceinture dos (pas la même longueur, donc).
  8. Assembler le plastron entre les deux pièces de ceinture devant en le centrant. Ouvrir les coutures au fer, garder les extrémités ouvertes à plat.
  9. Assembler chaque côté de la ceinture devant avec  un côté de la ceinture dos, couture de la ceinture du devant ouverte, en laissant une ouverture de chaque côté pour passer l’élastique, comme dans les livres de couture japonaise. Replier la ceinture en position finale en retournant le devant et en pliant en deux le dos eu fer.
  10. Bâtir le long côté extérieur de la ceinture à l’endroit des panneaux de jupe en alignant les milieux et les coutures de côtés. Piquer. Rabattre la jupe vers le bas au fer. Si vous préférez, vous pouvez bâtir l’élastique dans la ceinture du dos à ce moment-là.
  11. Faire un rentré au fer et monter à la main la ceinture sur l’intérieur (ou en surpiquant toutes les épaisseurs). Insérer l’élastique, le surpiquer de chaque côté (vous le rentrez d’un côté, passez le long du dos, surpiquez le départ quand vous arrivez au bout puis ressortez et surpiquez pour tenir l’autre bout).
  12. Coudre des boutonnière sur les bretelles (vérifier l’emplacement sur l’enfant, et selon que vous vouliez les croiser au pas) et les boutons à l’intérieur de la ceinture dos, centrés au dos avec 10 cm entre les deux.

Fournitures

  • Coton jaune soleil eTissus (appelé « orange »)

Bilan

Bon faut pas se leurrer, j’ai galéré pour mon premier vrai patron maison sans aucune base ! Si vous voulez tentez le coup, le mieux serait d’avoir déjà un peu de bouteille en couture pour pouvoir mieux comprendre mes explications, voire de monter à votre sauce, parce que je sais bien que je suis tout sauf pédagogue ! Enfin au moins vous avez les mesures, ça peut servir de base. Vous ne pouvez que faire mieux, j’ai essuyé pas mal de plâtres ! 🙂

Au final je suis quand même satisfaite, l’effet est là et mes petites merdouilles ne se voient pas trop ! Surtout, dites-moi si vous tentez de refaire la jupe et n’hésitez à m’envoyer vos commentaires, suggestions, corrections etc. !

Boucle d’or sans les trois ours

Cette année c’était sûr, j’allais faire les choses en grand pour le carnaval ! Pour le premier j’avais bricolé un truc vite fait vu que la crèche avait prévenu 2 jours avant, pour le deuxième on se souviendra du fiasco du costume de Doudou, mais là avec l’école c’était sûr, Lardon allait me demander un truc super, qui me mettrait au défi, et je serais à la hauteur !

J’ai donc commencé à tâter le terrain assez tôt… mais à mon grand désespoir, la première idée que j’ai pu soutirer à Lardon était « un cochon ». -_- Bon, je l’avoue, moi j’avais plutôt en tête une superbe robe de princesse dans un magnifique tissu… Qu’à cela ne tienne, Lardon commençant à être intéressée par les princesses, j’ai commandé le livre « Contes de fée intemporels » d’Astrid Le Provost (Citronille) qui regorge de superbes robes et j’ai lancé le lavage de cerveau en montrant à ma petite réfractaire un ou deux Disney de princesses bien sentis. L’intérêt était vaguement éveillé à l’arrivée de ma commande, elle a donc accepté de regarder le livre pour choisir. Et là, je vous le donne en mille : elle m’arrête sur une page d’ambiance avec un champignon en feutrine et me sort : « Je veux être guilisée (sic) en champignon au caramel ! ». -_- Bon, à l’extrême rigueur, le champignon ça aurait pu être faisable, mais le caramel… Heureusement, s’il y a bien une chose que la maternité m’a apprise, c’est la manipulation des esprits faibles. J’ai donc repensé au livre à la mode à ce moment-là, à savoir Boucle d’or (heureusement, les périodes Roule galette et Petit poilu étaient passées), je lui ai très discrètement soumis l’idée… et c’est passé ! Ouf, me voilà donc prête à me lancer.

Je voulais être le plus près possible de la référence de Boucle d’or de Lardon, à savoir ceci :

51345F523KL._SL500_AA300_J’ai longuement hésité entre faire une robe, dont le rendu serait sans doute meilleur (pas de risque que le corsage remonte) mais qui ne pourrait probablement pas être reportée, et faire des pièces séparées. C’est pour cette dernière option que j’ai finalement opté.

Commençons par la jupe : deux simples rectangles de 1m sur la longueur nécessaire pour arriver sous le genou, froncés et montés sur une ceinture élastiquée, avec un ourlet de 2cm en bas. Ma surjeteuse ayant décidé de me lâcher dès le début, j’ai dû faire des coutures anglaise en attendant la relève, à savoir une Brother 4234D qui depuis a su gagné brillamment sa place.

Jupe de Boucle d'or

Pour la blouse, je suis partie d’un vieux modèle Ottobre qui me faisait de l’œil depuis longtemps, en popeline blanc cassé parce que j’avais peur qu’un vrai blanc choque trop pour une tenue censée être rustique. J’ai ajouté un peu de dentelle pour l’égayer un peu quand elle sera portée seule au quotidien.

Blouse de Boucle d'or

Pour le plus complexe, le corsage, j’ai quand même utilisé mon nouveau livre. Il me fallait donc un corsage bien couvrant au niveau du col, relativement long, sans manches et avec un système de fermeture qui soit dans le ton du livre. J’ai opté pour le buste de la robe de la Reine des neiges, rallongé de 4cm (pas assez), avec le dos en deux parties lacées par un ruban qui passe dans des boutonnière comme pour la robe de Rapunzel.

Corsage de Boucle d'or

C’est clairement la pièce dont je suis le plus fière, bien que ce soit la moins portable au quotidien. Pour le montage, je me suis basée sur les instructions pour doubler un gilet de berger histoire d’éviter de faire (ou plutôt refaire, hum…) la bêtise classique : monter la doublure et l’extérieur séparément puis assembler pour retourner. Ce qui ne marche pas, donc.

Et voilà le résultat !

Boucle d'or

J’en étais au final assez fière comme ça, à plat sur la table, mais il restait à faire l’essayage… Un petit foulard (simple triangle isocèle de 70 cm de long avec un médiatrice de 20cm -allez, on ressort les cours de maths !-) et un petit legging plus tard, le jour J, Boucle d’or était parmi nous !

Boucle d'or 1

Bon, mes craintes étaient fondées : malgré les 4cm de longueur en plus, le corsage reste court et remonte, ce qui laisse apparaître la blouse aux premiers mouvements. 😦 Bon, à part ça la blouse est juste mais ça va, je suis satisfaite quand même.

Boucle d'or 2

Bien que le laçage soit dans le ton du costume, je dois avouer que ce n’est pas le plus pratique… Il faut délacer presque entièrement le dos pour l’enfiler à Lardon, puis tout relacer… Pas facile de la tenir tranquille assez longtemps ! Enfin de toute façon, il n’est pas destiné à être reporté régulièrement.

Bon, le principal c’est que Lardon est satisfaite, elle se prend pour une vraie Boucle d’or ! 🙂 J’ai même poussé le vice jusqu’à lui faire des boucles au fer à friser au petit déj, sans grand succès malheureusement vu qu’elle a des cheveux très raides au naturel.

Boucle d'or 3

Jupe et foulard

« Patron » maison (voir plus haut).

Fournitures

 

Blouse

Patron n°15/16 de Ottobre 1/2005 en taille 92 pour du 2 ans du commerce. C’est trop juste de partout, en large comme en long… Ça correspond plutôt à du 86, Lardon ne la mettra pas longtemps.

Fournitures

Les plus du patron

  • Jolie coupe ajustée

Les moins du patron

  • Taille petit !

Modifications/Suggestions

  • Ajout d’un bout de dentelle sous l’empiècement devant.

 

Corsage

Bustier de la Reine des Neiges du livre Contes de fées intemporels rallongé et coupé dans le dos, en taille 2 ans pour du 2 ans du commerce (ça taillerait bien dans la version robe, je pense).

Fournitures

Les plus du patron

  • C’est une bonne base, a priori. Je suppose que la robe complète rend bien.

Les moins du patron

  • Trop court, peut-être même en version robe : sans les centimètres en plus, le bustier arriverait bien au-dessus du nombril, alors que sur les photos il a l’air d’être assez long( c’est pour ça que je l’avais pris comme base).

Modifications/Suggestions

  • + 4 cm de long tout autour
  • Dos coupé en deux parties, boutonnières ajoutées pour le laçage.

 

Pour conclure, comme pour tous les défilés de carnaval, les enfants avaient le manteau par-dessus le costume et en plus, il a plu ! Donc on va dire qu’on n’a pas fait un effet bœuf, mais Lardon étant très fière d’être Boucle d’or, j’estime avoir quand même relevé le défi. Allez, l’an prochain c’est sûr, on sera en princesse !

La jupe qui tourne !

Peu après la rentrée des classes, Lardon est revenue un soir avec une jupe qui n’était pas la sienne… Après enquête, elle avait dit après la sieste que c’était sa jupe parce qu’elle la trouvait jolie. C’était une petite jupe en jean H&M toute simple, mais… circulaire, et donc qui tournait beaucoup ! Et comme ça, en un claquement de doigts, je me suis retrouvée plongée dans l’univers merveilleux des jupes qui tournent…

Comme je suis une maman dévouée (genre), je me suis vite attelée à la tâche, sans patron mais en consultant quelques tutos notamment pour trouver la meilleure solution concernant la ceinture. J’ai opté pour une ceinture en coton avec élastique inséré dans une chute de tissu blanc à rayures roses de mon stock, déjà vu sur le chapeau et le combishort de l’été.

Jupe qui tourne 1

Ici on aperçoit la ceinture de la jupe, qui n’a rien de formidable donc je mets toujours le haut par-dessus.

DSC_5066mini

Au final Lardon était ravie de sa jupe toute simple (vous l’aurez peut-être remarqué, j’aime la simplicité, les unis, les basiques). Elle l’a même mise avec fierté pour la photo de classe !

DSC_5064mini

Patron maison (un cercle et une bande, quoi…)

Fournitures

  • Jean brut bien raide Mamzelle Fourmi il me semble (le même que pour le jean)
  • Coton à rayures berlingot rose et blanc acheté aux puces des couturières de Limonest (69)

Les plus du patron

  • Il remplit son office !
  • J’aime beaucoup les mouvements dansants d’une jupe circulaire, même avec un tissu assez lourd comme ici.

Les moins du patron

  • Rien, mais bon, ça aurait été difficile de rater ! 🙂

Modifications/Suggestions

J’ai hésité à ajouter une petite déco en bas, et puis finalement elle me plaît comme ça, cette jupette !

Philly en 2011

Eh oui, l’an dernier avec Lardon nous sommes allées à Philadelphie… Enfin, dans nos têtes en tout cas ! 🙂 Les couturières savent bien de quoi je vais parler, puisque cette petite jupe plissée C’est Dimanche a de nombreux adeptes. Je ne vous l’ai encore jamais montrée, mais j’en ai déjà réalisé deux : une pour l’été pour Lardon, et une pour l’hiver pour une petite fille dont la maman avait craqué sur la première. 🙂

Bref, cette adorable petite jupe a donc une adepte de plus, je l’adore et Lardon l’a beaucoup mise ! Elle lui va encore largement cette année, mais Mademoiselle a décidé qu’elle n’aimait plus les jupes… Elle ne veut que des shorts ! 😦

Ce petit chapeau est un modèle Ottobre dont je vous reparlerai dans un prochain article spécial « chapeaux ».

Sur ces photos, Lardon a 18 mois, et la jupe est en 2 ans (voir plus bas pour les détails).

On a osé emmener cette jupette si chic au zoo ! Mais on n’est jamais trop chic, pas vrai ?

Lardon adore les animaux, comme on peut le voir…

En fait elle adoooooore les animaux ! Là, c’est de l’amour vache ! Enfin, chèvre…

Version hiver pour la petite Wendy qui avait 9 mois (même taille en raccourcissant un max l’élastique de la taille) :

Patron

Jupe Philadelphie de C’est Dimanche version « pattes de boutonnage », taille 2 ans avec longueur en 4 ans pour une minette de 18 mois (va toujours à la minette de 2 ans et demi).

Fournitures

  • Coton fleuri vert chartreuse acheté sur La Chakra mais je ne trouve plus le designer (j’ai envie de dire Alexander Henry) ni le nom… Vous l’avez déjà vu sur Hortense la girafe ici.
  • Passepoil rose fuchsia de ma mercerie de quartier
  • Boutons rose fuchsia idem
  • Lainage à carreaux fuchsia Toto pour la version de Wendy, déjà vu ici.

Les plus du patron

  • Super rendu, très chic et soigné avec le passepoil.
  • Assez simple à faire, un bon basique.
  • Explications limpides et en image de C’est Dimanche !

Les moins du patron

  • C’était mon premier passepoil, donc forcément j’ai un peu galéré mais moins que je le pensais.
  • Un peu courte, mais j’avais déjà repéré ça donc j’ai pu directement couper la longueur 4 ans.

Modifications/Suggestions

  • Vérifier si la longueur convient selon ce qu’on veut.
  • En faire des TAS !

 

Jupe à plis-plis

Allez allez, je m’accroche, je couds tellement en ce moment qu’il faut que j’active les articles pour rattraper mon retard ! Sinon après Meloncollie me gronde… 😦

Cette fois, je vous présente une petite jupe que j’aime beaucoup parce qu’elle est à la fois très simple (une seule pièce, à couper deux fois) et très rapide à faire pour un beau résultat ! Je l’ai faite en environ 3h de travail mou devant Cold Case avec pause croque-monsieur, autant dire 1h si vous êtes sérieuse… Je voulais une petite jupe plissée toute simple en velours pour l’hiver, Lardon n’ayant AUCUNE jupe d’hiver !!!!

Grimace…

Oh hisse…

La jupe vide…

Patron

Jupe plissée modèle 14 « Pleated skirt » Ottobre 4/2007 en taille 86, longueur du 92 (Lardon est fille de taille mais porte des couches lavables).

Fournitures

  • Velours milleraie imprimé fleurettes Mamzelle Fourmi (c’est décidément mon fournisseur officiel !)

Les plus du patron

  • Très, très rapide à faire.
  • Une jupe simple mais chic, pile ce que je cherchais !

Les moins du patron

  • Le repassage est fastidieux pour refaire les plis à chaque fois jusqu’en bas… >_>

Modifications/Suggestions

  • J’ai utilisé un élastique de 1,5 cm pour la taille car je n’avais que ça, mais du coup la ceinture est fine et ne « pose » pas bien : le devant à tendance à pendre un peu une fois portée un moment… Utilisez bien au moins 2 cm de large !